*English version follows*

Dans le cadre du projet Imaginons Saint-Marc (un projet collaboratif de redéfinition d’un site architectural religieux), le Dôme Café a piloté le concept d’un « café citoyen » dans une église, tel que plébiscité par les habitants du quartier de Rosemont-La Petite Patrie lors de la semaine de récolte d’idées en septembre. Le but était d’installer quelques éléments de notre vision du Dôme Café dans la sacristie de l’église, lundi 29 octobre et vendredi 2 novembre pour ce que nous appellerons le « Dôme Éphémère ».

Après des préparations logistiques minutieuses, nous mettons la main à la pâte dès dimanche soir. Les odeurs sucrées des pommes se mêlent au gingembre et au chocolat fondant dans la petite cuisine d’Ha-Loan. C’était un supplice de devoir attendre le lendemain pour goûter à nos préparations ! Le lendemain, la journée commence à l’aube pour le Dôme Café. Il s’agit d’un test grandeur nature pour notre concept et d’un tremplin pour expérimenter certaines facettes de notre projet. Serons-nous assez convaincantes ? Parviendrons-nous à réellement relever le défi de « transformer » la sacristie et lui donner l’empreinte du Dôme ?

Dès 8 h, de façon insoupçonnée, dans les kilomètres de sous-sol de l’église, les bénévoles, salarié-e-s et client-e-s de l’organisme Compagnons de Montréal s’activent comme dans une ruche. Les Compagnons de Montréal mènent leurs activités d’intégration et d’accompagnement social depuis 8 ans sur une partie du site de l’église Saint-Marc. Nous nous mettons aux fourneaux dans les sous-sols avec l’aide des Compagnons et leur matériel. Servir des plats chauds dans une église de cette dimension et sans infrastructure adaptée à cet usage est un défi que nous avons relevé grâce à une coordination et coopération efficaces avec les Compagnons. On s’aide, on se sourit, on se hèle. Souvent, une personne passe la porte de la cuisine où nous travaillons pour dire bonjour, engager la conversation, venir humer le fumet émanant des chaudrons. Les éléments logistiques et humains étaient réunis pour un « effet Dôme » en coulisse avant même l’ouverture officielle du « café citoyen ».

Par quelque mystère des conduits de la ventilation, les personnes présentes dans la nef de l’église pouvaient déjà deviner ce qui se tramait sous leurs pieds !

Notre grande fierté : nous avons réussi à « Dômifier » l’espace de la sacristie, une grande pièce carrée attenante au fond de l’église qui a pour usage habituel de servir de « vestiaire » et de lieu où sont stockés les objets de culte. C’est une pièce boisée, avec plusieurs rangées de bancs fixes, un petit autel et de grands meubles ornementés pour le rangement. Son potentiel chaleureux nous a conquis dès le départ. Et le grand meuble qui occupe tout un mur a des allures d’herbier… C’est un endroit idéal pour installer une sorte de cabinet de curiosités. Le Dôme éphémère comporte des fossiles provenant des collections du Musée de paléontologie et de l’évolution de Montréal, présente toute une brochette de singes-chaussettes fournis par Exeko, offre un coin causette-relaxation sans chaussures, des livres en consultation libre… En ambiance, nous diffusons un fond de  musique électronique aérienne tandis que l’identité olfactive du Dôme est incarnée par une infusion maison apaisante aux épices, miel et gingembre, qui mijote doucement dans un coin de la pièce. Un visiteur nous dira d’ailleurs qu’il a eu l’impression d’entrer dans un autre monde.

Toutefois, un bâtiment comme une église demeure très imposant aux yeux du passant qui hésite à y pénétrer. Au terme de la journée de lundi, nous sommes donc mitigées sur la capacité du projet à mobiliser les habitants du quartier. L’affiche « Ouvert » sur la porte centrale de l’église était peu visible depuis la rue et la communication auprès du grand public a été volontairement limitée. Nous pensions accueillir plus de citoyens pour un projet participatif de cette ampleur… Cependant, ne perdons pas l’objectif de vue : un prototype est un modèle que l’on teste en conditions « naturelles ». Il permet d’arriver à un produit fini amélioré après ajustements.

Aussi, vendredi, dans une ambiance plus détendue que lundi (nous avions maintenant connaissance de toutes les embûches logistiques possibles !), nous nous sommes adaptées au contexte : nous avons revu les quantités de nourriture à la baisse pour un chili végétarien et nous avons mis en place des fonctionnements différents dans la préparation et le service. Nous avons également reçu des visites de nos amis et de personnes rencontrées lors des Journées du Développement Régional et intéressées par le projet, ainsi que des visiteurs qui ont découvert notre concept lundi et sont revenues le vendredi, enchantés par leur visite.

Sous nos yeux, la magie du Dôme opère : des gens qui ne se seraient jamais rencontrés autrement discutent, se découvrent des points communs, jouent à des jeux, s’échangent leurs coordonnées, débattent sur des sujets d’intérêt public (le café a accueilli deux intervenants : Alexandre Warnet et Jonathan Jubinville). Chacun s’approprie l’espace à sa manière et nous n’hésitons pas à jouer aux entremetteuses.

Nous retenons les odeurs des gâteaux, les rires, les panses satisfaites, les sourires, les poignées de main qui s’échangent, les bises, les confidences et l’atmosphère de confiance qui a même poussé un visiteur à s’allonger pour une sieste dans l’espace relaxation ! Nous constatons que nous avons passé « notre » test, à savoir offrir un lieu confortable, propice aux échanges et où l’on a envie de rester et de revenir.

Le travail de groupe en amont n’est pas toujours évident, mais source d’apprentissages variés. Nous avons collaboré avec des partenaires engagés et efficaces. Nous avons recueilli et apprécié de nombreux commentaires et suggestions. Le concept du Café Dôme est validé par des personnes de tous horizons et nous constatons une fois de plus que nous sommes faites pour travailler ensemble. Nous sommes également capables de nous adapter et de faire évoluer notre projet en fonction du contexte.

Une métaphore de circonstance nous vient naturellement à l’esprit : en cuisine tout comme au cœur d’un processus collaboratif, de nombreux éléments entrent en jeu pour créer quelque chose et atteindre un but fixé à l’avance. Des bons ingrédients (et des épices !), des méthodes, du matériel adapté, pourquoi pas une recette — même si l’improvisation apporte toujours sa part de magie — et enfin suffisamment de cuisinier-e-s pour un bon résultat sans toutefois gâter la soupe.

Nous espérons bientôt en savoir plus sur la suite de l’aventure Imaginons Saint-Marc et sur les conclusions tirées par les promoteurs à la fin de cette semaine de prototypage pour l’avenir du site.

Nous tenons à remercier chaleureusement l’équipe Imaginons Saint-Marc pour son invitation à piloter le café citoyen, les Compagnons de Montréal pour leur collaboration et la mise à disposition de leurs infrastructures, Exeko pour nous avoir confié la garde des socks monkeys.
Merci également à toutes celles et ceux qui nous ont aidés lors de la préparation de la semaine, sur place, ou qui nous ont conseillées, soutenues, fait rire ! Enfin, ami-e-s, visiteuses et visiteurs, merci pour votre présence et à bientôt pour de nouvelles aventures dômesques.

Our feelings and assessment after the ephemeral Dome within the Imaginons Saint-marc project.

Within Imaginons Saint-Marc (a collaborative project launched to redefine a religious architectural site), Dome Café has developed and implemented a pilot concept of a « community café » in a church. The citizens of  the Rosement–La Petite Patrie neighborhood have asked for such a place during the idea-raising week in September. The goal was to set up a few elements of our Dome vision in the church sacristy on Monday October 29th and Friday November 2nd. In a nutshell, that would be what we’ve called The Ephemeral Dome.

After meticulous logistical preparation, we get our hands deliciously dirty on Sunday night. Ha-Loan’s small kitchen is taken over by the sweet smell of apples and melting chocolate, not to forget a touch of ginger. We knew we would have to wait till the day after to taste our cakes, what a torture! Anyway, Monday started very early for the Dome Café. We are given the opportunity to take a full-size test as for some aspects of our project. Will we be convincing enough ? Will we be able to take up the challenge and “Dome up” the sacristy?

From outside, no one could guess that the huge church basement and corridors could get so lively. The Compagnons de Montréal volunteers, employees and clients start to run their activities like busy bees from 8am. Compagnons de Montréal have been working on social inclusion and social support for 8 years in some of the buildings of Saint-Marc site. Thanks to their help and their kitchen tools, we can start cooking in the basement. Serving hot meals in such a big church without the proper infrastructure was quite a challenge. However we could address this challenge thanks to efficient coordination and cooperation with the Compagnons. We help and hail each other, we share smiles. Quite often along the morning, someone enters the kitchen to see what is going on, to say hi, to chat or to sniff the appetizing scents coming from the pots. There were all the human and logistical elements needed to trigger a backstage “Dome effect” before the actual opening of the community café.

Ventilation pipes have decided to give away the secret upstairs: everyone in the nave could already guess what was on the lunch menu!

We are really proud of our coup, as we have indeed managed to “Domify” the sacristy, which is a big square room adjacent to the far end of the church. This space usually serves as a cloakroom where to store worship tools. At our first visit there, we noticed how much wood was nicely used, despite the fact that the fixed benches could not be moved. They are also several pieces of furniture, a small altar and a huge herbarium-looking chest of drawers. One could definitely feel the warm potential of this room.

This is an ideal place to set our cabinet de curiosités. The ephemeral Dome shows a fossils collection from the Montréal Musée de paléonthologie de l’évolution and a bunch of sock monkeys provided by the non-profit organization Exeko. It also offers a shoe-free pillow area and books to read on site. We set the atmosphere with ethereal electronic music while the Dome olfactory signature attracts more people in the sacristy: our home-made ginger, honey, spices and lemon infusion has been put on a slow burner in order to keep everybody warm and relaxed.

Nevertheless, a church remains an imposing building in the eyes of the people walking by. They seem hesitant to check in. At the end of the day, we therefore feel reserved regarding the project ability to rally Rosemont – La Petite Patrie inhabitants. The “OPEN” sign stuck on the church door was not that visible from the street and communication towards people at large has been willingly limited. We thought we would definitely welcome more citizens with such a participative project. Anyway, we knew that a prototype is a model to be tested in life-size conditions. It is through adjustments that a product can be perfected and finalized.

On Friday, we therefore adapted to the context as we knew about all the possible logistical pitfalls! We reduced the amount of food to prepare a vegetarian chili and we ran our Café in a different way regarding food preparation and service. People we met during the Journées du Développement Régional (Regional Development Days) and who were interested in our project came to visit us, along with our friends. We also welcomed visitors who came on Monday and enjoyed the Dome so much they decided to pay us a second call.

The Dome magic is happening right before our eyes! People who would have never met elsewhere are chatting, discovering common grounds, playing games, exchanging their contact details and debating over community related topics. Indeed, the Café has welcomed two guest speakers, Alexandre Warnet and Jonathan Jubinville. Everyone is making the Dome their place and we do not hesitate in playing go-betweens.

We will remember the rich smell of pastries, laughter, happy bellies, smiles, handshakes, pillow-and-bench talks and over all, the trust atmosphere we managed to create. One of our visitors even took a nap in the shoes-free relax area! We have passed “our” test, we provided a comfortable and favorable place for interactions, where people would like to stay and to come back.

Early group work has not always been easy but it was source of learning. We have collaborated with efficient and passionate partners. We have gathered and appreciated many comments and suggestions. The Dome Café concept has been validated by people from various backgrounds. Once again, we could see that we are meant to work with each other. Eventually, we also realized that we are fully able to adapt and to make our project evolve according to the context.

An appropriate metaphor has naturally popped in our brains: cooking is like a collaborative process as many elements must be part of both in order to reach a goal and create something. Good ingredients (and spices!), methods, the right tools, why not a recipe (even though we know how much improvisation can bring a touch of magic) and enough cooks are necessary to reach results without spoiling the broth.

We hope to know more about the Imaginons Saint-Marc adventure soon, especially about conclusions drawn by promoters regarding the future of this site.

We would like to warmly thank the Imaginons Saint-Marc team for their invitation to run the community café, Compagnons de Montréal for their collaboration and their help with infrastructure, Exeko for the sock monkeys.
To all the people who helped us beforehand or on the spot, those who supported us, advised us and made us laugh, to friends and visitors: THANK YOU and see you soon for new Dome adventures!